Catégorie : Jardinage

Arrosage et compost maison pour les plants de gingembre

Bonjour,

Avec ce beau temps ensoleillé avec presque pas de pluie et ces canicules… j’arrose ! Oui, les plants de gingembre aiment bien et je renouvelle le paillis au besoin afin d’aider à garder l’humidité et limiter les arrosages. Durant l’été, j’ajoute aussi à plusieurs occasions du BioThrive® Grow ou du compost maison autour des plants. Celui-ci est fait, entre autres, avec des feuilles d’érable ramassées à l’automne, certaines parties non comestibles des fruits et légumes bio, le reste de mon terreau de pousses de pois mange-tout (cliquer ici pour voir cet article ), des feuilles des champs autour de mes jardins et des feuilles moins belles d’ortie. J’adore faire du compost… ♥ 

Suite en septembre pour la récolte ou avant…

Julie

Juliebriere.com

Un aperçu des 7 petits fruits (cultivés et sauvages) que j’ai mangés aujourd’hui

Depuis quelques jours, je savoure plusieurs petits fruits qui poussent sur la terre où je vis. Faire le tour des arbres et arbustes fruitiers afin de trouver et d’apprécier ces petites merveilles de la nature, parfaitement mûres… c’est mon bonheur ! Avec le déjeuner, en collation ou en dessert, j’y vais plusieurs fois par jour et je les déguste fraîchement cueillis.

Voici, en photos, ma petite tournée matinale…

FRUITS CULTIVÉS (par mon amoureux)

Mûre

Celle-ci provient d’un bel arbre, le mûrier.

Un petit fruit légèrement sucré et agréable au goût.

 

Groseilles à grappes blanches (gadelles blanches)

Acidulées et légèrement sucrées (quand je les laisse longtemps mûrir sur le plant avant de les cueillir), elles croustillent un peu sous la dent avec toutes leurs graines… mais je les aime !

 

Groseilles à grappe rouges (gadelles)

Elles aussi sont acidulées et je les trouve moins sucrées que les autres, alors quelques unes à la fois seulement, mais j’y retourne…

 

Cassis (groseilles noires)

Quel goût ! Totalement unique et surprenant. J’ai découvert avec l’expérience qu’ils deviennent plus sucrés lorsque j’attends longtemps avant de les cueillir même s’ils ont atteint cette couleur et lorsqu’ils sont moins fermes au toucher. Vraiment meilleur.

 

Groseilles à maquereau

Un doux parfum en bouche que j’aime. Elles sont douces et délicieuses.

 

Et puis, il y avait les camerises… La première année que les plants font des fruits. Il y en avait vraiment  beaucoup. J’ai goûté quelques fruits, qui n’étaient cependant pas encore assez mûrs, et ce fût la fin. En deux nuits les oiseaux les avaient toutes mangées ! L’an prochain, il y aura donc des filets pour les camerises, qui seront posés avant qu’elles ne soient mûres. Les groseilles à grappes et les cassis sont par contre bien protégés par des filets…

 

FRUITS SAUVAGES

Amélanche


 

Voici la « petite poire » ou « poire sauvage » noms que certains québécois lui donne. Elle est vraiment minuscule (environ la grosseur du cassis) et effectivement douce et sucrée comme une poire. Il y a de plus en plus d’amélanchiers qui poussent sur la terre, c’est super ! Je garde même les graines de celles que je mange pour éventuellement en faire pousser l’an prochain !

 

Framboises noires

Un de mes petits fruits préférés ! Elle est vraiment sucrée. C’est une joie de la voir apparaître sur la terre. Cette année, j’ai même le bonheur d’avoir un plant qui a poussé dans ma petite cour. Un cadeau de la nature, fruit du fait que je ne désherbe presque pas !

D’autres fruits à venir…

Julie

juliebriere.com

 

 

Groseilles à maquereau

Les plantes sauvages comestibles de mes jardins, de précieuses feuilles vertes !

Il n’y a pas plus écologique, biologique, économique, local, zéro déchet, etc., etc., que les plantes sauvages comestibles ! C’est le miracle de la nature…

Je les aime +++++++++++++  et je conçois mes jardins avec une place réservée pour chacune d’entre elles afin qu’elles y repoussent. C’est mon super buffet gratuit, hyper nutritif, facile et à portée de la main !

Voici celles que je ne vous ai pas encore montrées. Pour voir les autres, cliquer sur mes anciens articles sur le sujet : Enfin le temps des plantes sauvages comestibles et D’autres plantes sauvages comestibles que j’aime manger.

Je consomme ces feuilles principalement crues, directement au jardin ou je les cueille pour ajouter à mes plats, salades, potages, etc.

Les voici :

Le chénopode blanc (chou gras)

De la même famille que l’épinard et la bette à carde, je le mange à tous les stades (même s’il monte en graines), tant que les feuilles sont belles.

 

Les feuilles de la marguerite blanche

Je ne prends qu’une ou deux feuilles par tige alors j’en fais pousser +++  car ce sont de loin mes feuilles préférées !

 

Le pourpier potager

Des feuilles charnues, légèrement croquantes et rafraîchissantes !

 

L’oxalide (surette)

De magnifiques feuilles en forme de coeurs pour une touche citronnée unique !

 

Le galinsoga cilié 

Je le consomme à tous les stades, de la jeune pousse au plant mature.

 

L’amarante à racine rouge

Elle appartient aussi à la même famille que l’épinard, la bette à carde et le chénopode blanc (chou gras). Je préfère cuire ses feuilles à la vapeur ou les ajouter à un potage.

 

Puis, dans les autres plantes comestibles, il y a plein de belles nouvelles pousses de pissenlit (graines qui se sont ressemées).

Douces au goût, mon corps en redemande ! Avec mes aménagements de jardins semi-sauvages, j’ai des feuilles de pissenlit à manger plus de six mois par année !

Ces feuilles vertes sont précieuses, car leurs présences m’assurent qu’il y aura toujours à manger.

Julie

 

Juliebriere.com

Début de la transplantation des plants de gingembre au jardin

J’ai débuté la transplantation au jardin des plants de gingembre. La semaine passée, il y avait encore des nuits à 7°C, j’ai donc dû attendre pour les transplanter malgré la magnifique température durant le jour. Le best serait une température d’au moins 14°C la nuit, mais avec les changements climatiques…

La façon que je procède est la suivante :

– J’arrose le terreau du plant de gingembre (encore dans son pot) avec du BioThrive® qui est dilué avec l’eau dans mon gros arrosoir.

– Je désherbe, ameublis la terre profondément et de façon plus large que le diamètre de mon pot avec un petit outil aux bords arrondis et mes mains (pour ne pas faire bobos aux vers de terre) et creuse un trou assez profond.

– J’arrose le fond du trou avec le même mélange qu’au début.

– J’enlève le plant délicatement du pot et le dépose doucement dans le trou, je replace la terre tout autour.

– J’arrose à nouveau.

– J’ajoute finalement un paillis de végétaux tout autour. Il est composé des herbes que je trouve dans mon jardin ou dans les environs.

Voilà. Je vais continuer la transplantation car j’en ai vraiment beaucoup cette année en plus des trois incroyables rhizomes de l’an passé ! Cliquer ici si vous n’avez pas lu cet article.

Julie

Juliebriere.com

Fertilisation et ajout de terre aux plants de gingembre

Avec la belle température que nous avons, les plants de gingembre passent la journée à l’extérieur.  Je les rentre à l’intérieur le soir (voir mon article sur l’acclimatation des plants pour plus d’infos à ce sujet en cliquant ici).  Ils poussent bien.  J’ai donc débuté la fertilisation.  J’utilise pour ce faire un supplément sous forme liquide que j’ajoute à l’eau d’arrosage.  Il est composé principalement de luzerne, minéraux, oligo-éléments et d’extrait d’algues et se nomme BioThrive® Grow de General Organics®.

J’ai également ajouté du terreau (le même qu’au début) jusqu’en haut des pots.  Les rhizomes de gingembre poussant vers le haut, j’avais laissé de la place pour cette étape au début de la mise en terre des rhizomes.

À suivre en juin pour la transplantation au jardin… Youpi dou !

Julie

Juliebriere.com

Une découverte incroyable avec un rhizome de gingembre bio

Je vous raconte.  L’an passé j’ai acheté des rhizomes de gingembre biologiques pour les bébés gingembre que j’allais faire pousser dans mon jardin.  Or, lors de la récolte en septembre dernier, comme la première année, j’ai aussi récolté les rhizomes de départ puisqu’ils sont encore bons.  Ce qui est déjà étonnant.  La première année, je les avais réutilisés pour faire des tisanes.

Cette année j’ai laissé ces rhizomes de départ, nettoyés de leur terre, dans mon armoire sans y toucher. En avril dernier, soit 7 mois plus tard… en les observant, j’ai remarqué qu’il y avait un petit bout de bourgeon sur l’un d’autre eux (voir en haut sur la photo).

J’ai alors décidé de le mettre en terre le 5 avril dernier afin de voir s’il allait germer…  Et oui !

C’est vraiment, vraiment impressionnant.  Acheté en mars 2017, récolté depuis je ne sais quand, en Amérique du sud, ce rhizome biologique a fait des bébés gingembre dans mon jardin au Québec, puis il a resté sept mois dans mon armoire et je peux le réutiliser pour faire d’autres bébés !  La nature est vraiment surprenante.

À suivre…

23 mai 2018

Wow ! L’autre rhizome de gingembre qui n’avait pas de petit bourgeon a aussi germé ! J’avais expérimenté de le tremper une nuit dans un bol d’eau avant de le mettre en terre pour bien le réhydrater.

Il reste à voir si le dernier des 3 rhizomes, que je n’ai pas trempé dans l’eau, va aussi germer.

À suivre… ♥

5 juin 2018

Il a aussi germé !!! Incroyable, il a juste pris un peu plus de temps. C’est extraordinaire.

Je vais les transplanter au jardin à un endroit différent des autres plants de gingembre de cette année afin de bien différencier leurs bébés.

À suivre, 

Julie

Juliebriere.com

Je viens de manger de jeunes pousses d’hostas cuites à la vapeur !

Reportage express. Il a fallu plusieurs lectures pour me convaincre que les hostas sont comestibles. Étant plutôt tournée du côté de la nature, je ne me doutais pas que cette plante ornementale que je côtoyais pouvait se manger.

Je me suis précipitée pour aller en trouver. La saison étant avancée, je n’ai réussi à cueillir que 2 jeunes pousses et une plus avancée. Je les ai rincées sous l’eau puis cuites à la vapeur 2 minutes.

Simple et délicieux ! Et c’est vrai, le goût ressemble aux asperges. 

J’aime la nature et tous ses trésors…

Julie

juliebriere.com

Acclimatation des plants de gingembre

Première sortie à l’extérieur aujourd’hui. Avant la transplantation au jardin, je débute toujours l’acclimatation aux éléments (vents, soleil, etc.) des plants de gingembre. Je les sors uniquement lorsqu’il fait 18°C au minimum (à l’ombre) dans un endroit sans aucun rayon de soleil direct. Je les sors durant 3 jours à l’ombre, puis la 4 ième journée je les place 2 heures au soleil avant 10h00 ou après 16h00.

J’augmente graduellement le nombre d’heures d’ensoleillement chaque jour. La météo étant ce qu’elle est j’ajuste au besoin. Parfois, s’il fait trop froid ou s’il pleut vraiment fort, je laisse les plants à l’intérieur et je reprends l’acclimatation lorsque c’est possible. C’est tout un exercice qui demande de la présence et de la surveillance. D’où le soulagement lorsque les plants sont enfin en terre…

À suivre ♥

Julie

Juliebriere.com

Les premières pousses de gingembre sont sorties

Bonjour !

Voici un petit aperçu de mes plus grandes pousses.  Dès qu’elles sont sorties, j’ai placé les pots sur le bord de ma fenêtre afin qu’elles aient du soleil.  Les poussent se pointent le bout du nez 4 à 6 semaines environ après la mise en terre des rhizomes de gingembre.  Je prends soin de garder le terreau humide et d’offrir le plus de soleil et de chaleur possible afin de favoriser une bonne croissance. 

Cliquer ici pour voir les étapes préalables.

À suivre… 

Julie

Juliebriere.com

 

 

Mise en terre des rhizomes de gingembre biologiques

Bonjour !

Voilà, c’est aujourd’hui que mes rhizomes de gingembre retournent à la terre. Pour les explications de la première étape, voir l’article : Comment je cultive mon gingembre biologique au Québec en cliquant ici.

J’utilise des pots d’environ 15 cm de diamètre (6 po) et de 11 à 14 cm de hauteur. J’aime les placer sur un cabaret (plateau) qui permet à la fois de récolter le surplus d’eau et de rendre plus facile et rapide le transport lorsque je déplace le tout d’un endroit à l’autre. Je vais garder les mêmes pots jusqu’au moment de la transplantation au jardin en juin.

Cette année je vais utiliser le terreau contenant pour POTAGER URBAIN approuvé pour la culture biologique de Fafard® pour 2 de mes 6 pots. Je le préfère à l’autre que j’utilisais l’an passé (terreau pour semis et pousses AGROMIX® de Fafard® approuvé pour la culture biologique) car il n’a pas de perlite (elle ne se retrouve donc pas dans mon jardin lors de la transplantation des plants). Mais puisqu’il me reste un sac, je vais l’utiliser pour les 4 autres pots.

Je verse le terreau dans un bac (j’ai un bac de vaisselle dédié à cela) puis j’ajoute de l’eau et je brasse à l’aide de ma grosse cuillère pour humecter la terre sans plus. Puis, je remplis le pot de terreau en laissant un bon espace sur le dessus. Je place un gros rhizome et je l’enfonce légèrement.

 

 

Je recouvre à peine de terreau humidifié. Simplement pour couvrir le rhizome, sans plus. Je fais de même pour les 4 autres gros rhizomes. Pour les 2 plus petits morceaux de rhizomes, j’en place 2 par pot, en laissant un espace entre ceux-ci.

 

 

Les rhizomes ont besoin de chaleur. Les 2 dernières années, j’ai laissé les pots près du poêle à bois et cela a bien fonctionné.

J’arrose uniquement lorsque le terreau commence à être sec sur le dessus.

Avant de voir les premières pousses, cela prend plusieurs semaines. C’est à ce moment-là que je transfère les pots près de ma grande fenêtre bien éclairée et ensoleillée.

À suivre…

Bon printemps !

Julie

Juliebriere.com

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment ce contenu :